Sabre Japonais encart principal
Encart Sabre Japonais mobile

NOS SABRES JAPONAIS

La référence en France des sabres japonais vous propose un large choix de nihonto.

Choisir l'acier

Choisir un bon acier pour la lame de son sabre japonais est essentiel. Notre expertise vous aidera à sélectionner le meilleur matériau à travers ce guide.

Voir le guide
Choix de l'acier
Savoir-faire des sabres japonais

Savoir-faire

Le processus de fabrication de nos sabres japonais se fait avec une méthode moderne tout en gardant certains aspects de la tradition japonaise. Du forgeage jusqu'au polissage, découvrez comment les artisants confectionnent avec qualité nos sabres.

Le spécialiste du Nihonto

Nous vous souhaitons la bienvenue chez Sabre Japonais. Le nom de notre société est le terme français de nihonto (日本刀) qui désigne l’entièreté des armes japonaises constituées d’un tranchant ou d’une pointe élaborées selon un procédé spécifique. Notre entreprise a pour objectif de vous donner accès aux meilleures lames japonaises dont une partie du forgeage est réalisé à la main selon un procédé se rapprochant le plus du traditionnel.

Passionné par l’armement de la culture nippone, fasciné par les reflets métalliques et les motifs du fourreau pour décorer votre intérieur, votre choix est ici. Découvrez une large gamme de Sabres Japonais ainsi que d’accessoires.
À travers nos valeurs que sont la tradition, la qualité et la finesse, nous vous faisons plongez dans l'univers des Nihonto et de la culture Nippone associée.

Les sabres japonais dans le Japon ancien

Avant l’apparition des sabres japonais au cours de l’ère Heian, des sabres et épées appelées jōkotō étaient utilisés au combat. C’était généralement des lames droites à double tranchant forgées dans une seule catégorie de métal, qui plus est, de basse qualité. Les lames ne possèdent pas encore de trempes bien réalisées et sont de ce fait relativement fragiles. C’est durant la période de Nara que la transition vers l’authentique sabre japonais s’opère. Les trois principaux changements permettant une amélioration de la fabrication sont:
• Le tri du métal dans le but de former un acier composite ( traditionnellement avec le minerais Tamahagane)
• Le pliage de l’acier en fines couches
• La réalisation d’une trempe partielle
C’est après ces évolutions qu’apparaissent le tachi, l’uchigatana, le kodachi et le tantō.

L’apparition des bushis (à ne pas confondre avec les samouraïs) vers la fin de l’ère Heian conduit à une hausse significative de l'effectif des forgerons. Durant les batailles, les cavaliers sont privilégiés pour le combat et de ce fait, les sabres tendent à être plus courbés, comme on peut le constater avec le tachi. Une telle courbe sur la lame des sabres permet une meilleure efficacité de coupe et une bonne résilience face aux chocs. C’est au début de l’ère Kamakura que se forment les premières écoles de forge dont la première est basée dans la province de Yamashiro. Elles instaurent une tradition particulière dans la fabrication des sabres japonais. Durant cette période, les lames tendent à s’allonger et s'élargir près du habaki. La pointe (kissaki) devient également plus longue. L’amélioration de la technique de trempe partielle a permis de donner une plus grande dureté à la lame. Durant l'ère Nanboku-chō, les sabres se retrouvent avec de longues lames et des pointes o-kissaki. C’est à ce moment qu'apparaît le nodachi. C’est à l’ère Muromachi que les lames se raccourcissent pour retrouver des dimensions similaires aux sabres de l’ère kamakura. L'uchigatana (introduit précédemment) s’avère été introduit durant l’ère Eikyo vers 1429 mais empreinte son aspect final lors de la guerre d'Ōnin entre 1558 et 1591. Ceux de faible qualité continuent à avoir la dénomination de “uchigatana” et ceux de bonne qualité sont divisés en deux catégories:
• Le célèbre Katana pour ceux d’une longueur de plus de 60 cm
• Le Wakizashi pour ceux d’une longueur de moins de 60 cm
C’est pendant l’ère Momoyama que l’on associe ces deux sabres pour former l’ensemble appelé Daishō, porté dans la ceinture des samouraïs. Ces derniers manient ces deux sabres selon le kenjutsu. C’est alors pendant la période Edo (environ entre 1600 et 1868) qu'une certaine paix s’installe pour laisser place à l’aspect esthétique des sabres qui se munissent de beaux ornements sur leur koshirae et plus particulièrement sur le tsuba.

DANS UN BUT DÉCORATIF
Anciennement utilisé au combat dans des périodes historiques de révolution de guerre comme de paix, le sabre japonais est devenu aujourd'hui une pièce d'art et de décoration pour les collectionneurs. En effet, la lame, pièce principale d'un Nihonto, apparaît comme un élément esthétique de grande valeur notamment grâce à sa fabrication très méticuleuse et à sa structure complexe. Elle s'avère être une véritable merveille métallurgique. Traditionnellement, la lame est forgé à partir d'un acier dit "Tamahagane" qui devient ensuite un acier composite avec une partie à haute teneur en carbone pour un tranchant très dur (acier "Kawagane") et une partie plus tendre (acier "Shinegane") pour la souplesse. Actuellement, les aciers utilisés ont bien évolués et leur choix va dépendre de votre utilisation du sabre mais aussi dans une mesure esthétique comme par exemple l'acier Damas, qui offre de beaux motifs et donne du relief à la lame. Avec sa courbure, sa gorge, sa pointe son grain, le Hamon (ligne de trempe) et d'autres caractéristiques, la lame s'avère être un élément essentiel dans l'appréciation d'un sabre.

Seulement, la lame n'est pas le seul critère pour observer la beauté et la qualité d'un sabre. Le manche le tsuba et le fourreau sont également de rigueur. Du bois d'ébène pour le fourreau, au laiton pour le tsuba en passant par les ornements, la soie pour la corde et le cordage ainsi que la peau de poisson/raie pour le manche, les variantes au niveau des matériaux sont nombreuses.

POUR LA COUPE TAMESHIGIRI (試切)
Si vous souhaitez vous initier à la pratique de la coupe avec un Katana par exemple, le choix de l'acier de la lame ainsi que sa fabrication est primordial.
Pour débuter la coupe avec des cibles tel que le tatami omote, les aciers 1060, 1095 et T10 peuvent tout à fait convenir. Pour les cibles plus durs tel que le bambou, il est recommandé de se procurer un katana en acier T10 avec un véritable Hamon au minimum. Les Sabres Damas ou forgés de style Honsanmai, Kobuse ou encore Soshu Kitae seront parfaits.

Types de sabres japonais proposés

Vous trouverez ici les sabres les plus mythique de la culture nippone et du japon féodal:
• Katana (刀): long de plus de 60 cm se maniant généralement à deux mains
• Wakizashi (脇差): semblable au katana mais en version plus réduite il mesure moins de 60cm
• Tanto (短刀): sabre très petit, long de moins de 30 cm dont la lame est majoritairement droite
• Sabre Shirasaya (白鞘): Sabre sans monture possédant un étui en bois en guise de fourreau et un manche en bois

Accessoires pour les sabres

Nous proposons également des accessoires pour l’aspect décoratif de votre sabre mais également pour son entretien. En effet, un beau sabre c’est aussi un sabre entretenu, surtout lorsque vous souhaitez pratiquer la coupe ou même simplement l’incorporer à votre décoration intérieure.
• Tsuba : C’est la garde du sabre
• Support de sabre : Nous vous proposons de jolis socles pour que vous puissiez l’étendre comme il se doit
• Kit d’entretien : Pour garder un sabre comme neuf

En savoir plus
livraison_gratuite
LIVRAISON GRATUITE

Livraison offerte sans minimum d'achat

livraison_gratuite
RETOURS SOUS 14 JOURS

Pas satisfait ? Vous avez 14 jours pour un faire un retour

livraison_gratuite
PAIEMENT SÉCURISÉ

Vos données sont cryptées pour des achats en toute sécurité

livraison_gratuite
SERVICE CLIENT A L'ÉCOUTE

Service client par mail disponible 7j/7 24h/24