Hamon d'un Katana

Le Hamon d'un Katana : Tout ce qu'il faut savoir

Lorsque l’on commence à s’intéresser au katana, l’un des éléments qui nous saute aux yeux est cette une sorte de vague ou ligne qui traverse la longueur de la lame, le hamon. Bien plus qu’esthétique, nous allons voir de quoi il s'agit exactement et ainsi démystifier certaines idées reçues à son propos.

Qu’est-ce qu’un hamon ?

Le hamon désigne la ligne résultante de la trempe de la lame d’un katana et plus généralement d’un sabre japonais. Pour simplifier, il s’agit souvent de la vague ou de la ligne qui longe la lame du sabre. L’opération de trempe procure à la lame une très grande dureté et par conséquent, un tranchant exceptionnel. Le hamon est également devenu un élément esthétique important dans l'appréciation d’un sabre forgé à la main.

Schéma d'un hamon

Les différents types de Hamon

Vous avez peut-être déjà vu une ou plusieurs dénominations de hamon sans savoir à quoi elles correspondaient. Pour vous éclairer, voici les styles les plus connus.

Suguha

Ligne droite parallèle au tranchant de la lame. Ce hamon populaire donne également un aspect net et lisse à la lame. Il s’agit d’un Hamon basique mais très apprécié chez les collectionneurs pour sa forme épurée.

Hamon Suguha

Gunome

Ligne en formant de petites vagues ou des demi-cercles rapprochés. On le retrouve sur de nombreux katana et est également très populaire dans l’animation japonaise.

Hamon Gunome

Notare

Ligne formant de grandes vagues. Très connu également, ce Hamon est souvent désigné comme la forme symbolique de la ligne de trempe.

Hamon Notare

Midare

Ligne formant des motifs irréguliers. Très représentatif de la créativité que peuvent apporter les forgerons dans la technique de trempe.

Hamon Midare

Hitatsura

Ce hamon forme une ligne dont la trajectoire est totalement irrégulière et forme comme des trous au-dessus de celle-ci.

Hamon Hitatsura

Parmi tous ces types, il y a également les différentes distances entre le hamon et le tranchant de la lame. On parle également de largeur du tranchant formé par le hamon. Il en existe trois types:

  • Petite largeur
  • Moyenne largeur
  • Grande largeur

Ces différents styles de hamon étaient autrefois associés à certaines écoles de forgeron à certaines périodes. Jusqu’à preuve du contraire, ces styles n’ont pas d’incidences directes sur l’efficacité de la lame, en d’autres termes, une lame avec un hamon Gunome ne sera pas plus tranchante qu’une lame avec un hamon Suguha.

Comment est réalisé un Hamon ?

Pour savoir comment est réalisé un hamon, il faut d’abord comprendre comment est réalisée une trempe partielle, qui est une étape cruciale dans l’élaboration d’un nihonto traditionnel.

1.Préparation et application du mélange d’argile sur la lame

Pour commencer, le forgeron réalise un mélange d’argile, de poudre de pierre et de cendres, c’est l’agile noir. Il l’applique ensuite sur la lame selon le style de hamon qu’il veut réaliser. Il complète ainsi la partie non tranchante (le dos de la lame) avec le reste de l’argile. Cette méthode de préparation à la trempe n’est que représentative. En effet, il existe de nombreuses manières de procéder et chaque artisan aura libre court à sa propre technique.

2.Trempe partielle de la lame

La seconde étape consiste en la trempe à proprement parler. La lame est chauffée à 800°C de manière uniforme et durant un lapse de temps précis. Lorsque la couleur de la lame devient jaune-orangé, on trempe immédiatemment celle-ci dans une bassine d’eau à basse température. La lame devient plus courbée et son tranchant extrêmement dur.

Explication simplifiée du phénomène

Scientifiquement parlant, lors de l’étape de chauffe de l’acier, il se forme de l’austénite. Lors d’un refroidissement lent, des carbures se forment et l’acier retrouve peu à peu son état initial, par conséquent, rien ne change. Lorsqu’un refroidissement est brutal (comme c’est le cas ici), les carbures n’ont pas le temps de se former, l’austénite se transforme en martensite, ce qui procure cette dureté impressionnante et également, le reflet caractéristique sous la ligne de trempe. L’argile permet de ralentir le refroidissement du dos de la lame pour qu’elle garde une certaine souplesse, autrement, celle-ci risquerait de casser rapidement.

4.Apparition du hamon par polissage

Le hamon n’est pas encore tout à fait visible après la trempe. C’est pour cela qu’il subit un début de polissage réalisé par le forgeron, histoire d’y voir un peu plus clair. Après avoir gravé son nom sur le bas de la lame, il envoie celle-ci à un polisseur pour le véritable travail de polissage d’ébauche et de finition. C’est uniquement après cette étape que le hamon est totalement révélé.

Comment reconnaît-on un vrai d’un faux hamon ?

Pour bien clarifier le sujet, les katanas n’ont pas toujours de hamon. Si un sabre n’a pas subi de trempe partielle, il n’aura évidemment pas de ligne de trempe. Le hamon est souvent considéré comme un élément emblématique du katana. C’est pour cette raison que certains sabres d’entrée de gamme nécessitent le recours à la confection d’un hamon artificiel. Il en existe plusieurs types et même si certains faux hamon sautent aux yeux, il n’est pas toujours évident de les identifier.

Les différents types de hamon artificiel

Il existe deux types de hamon artificiel, le hamon à l’acide ainsi que celui obtenu par polissage.

Le hamon artificiel traité à l’acide

Les hamon révélés à l’acide sont facilement réalisables mais peuvent également être aisément reconnaissables.

Hamon artificiel à l'acide

Le hamon artificiel réalisé par polissage

Ce hamon artificiel nécessite d’être réalisé par une meuleuse ou une machine de polissage automatique. Cette ligne est reconnaissable à son tranchant marqué par la meuleuse ne présentant parfois aucune irrégularités. Souvent, elle ne continue pas sa trajectoire sur la pointe de la lame.

Hamon artificiel à la meuleuse

Ce paragraphe n’est pas une critique du hamon artificiel, il permet de déceler le vrai du faux et ainsi de reconnaître les sabres avec des fausses lignes de trempe ayant des prix exorbitant. Bien sûr, il est tout à fait normal de produire des sabres à moindre coût pour satisfaire les clients ayant un petit budget qui désirent un sabre décoratif.